Noël
 

Si tu ne penses qu’à lorgner les vitrines pour savoir ce que tu vas acheter pour tes gosses, Noël c’est râpé !
Si tu succombes au désir de tes mômes qui veulent une voiture de police, une mitraillette en plastique et la panoplie complète du para, Noël c’est râpé !
Si tu as déjà dépoussiéré le petit Jésus en sucre et ses parents en chocolat, sans oublier un seul des bestiaux en caramel de la crèche, Noël c’est râpé !
Si avant toute chose, champagne, gâteaux, repas hors de l’ordinaire, sont déjà programmés, Noël c’est râpé !
Si tu commences à dresser la liste des gens à inviter en prenant soin d’exclure les chiants, les emmerdeurs, ceux et celles qui vont troubler la fête tranquille, Noël c’est râpé !
Si tu ne prends pas le temps de méditer, durant cet Avent, le merveilleux mystère de la nuit de Noël, la pauvreté de l’enfant Jésus, le dénuement absolu des immigrés que sont ses parents, Noël c’est râpé !

Mais
si tu lorgnes déjà le jeune couple de chômeurs de ton immeuble qui, sans toi, va fêter cette nuit-là dans un peu plus de détresse et de solitude, alors Noël c’est gagné !
Si tu n’attends pas pour dire à l’ancienne toute seule un mois à l’avance qu’elle sera ton invitée, pour qu’elle savoure d’avance durant un mois ces quelques heures où elle sera reine, alors Noël c’est gagné !
Si tu prends la peine de réfléchir à ce mystère d’amour et de pauvreté qui, au cours des âges, a été défloré, foulé aux pieds et travesti en fête égoïste, faite de beuverie et de gueuleton, alors Noël c’est gagné !
Si tu continues, dans l’année qui vient, à vivre ce mystère en pensant que le partage ce n’est pas seulement l’affaire d’une nuit, alors Noël illuminera toute ton année.

Guy GILBERT






  Mentions légales   Contact   Administration                Suivre la vie du site    SPIP