L’angélus et la COP21
 

Elle est bien discrète, même lointaine cette église, dans l’horizon à perte de vue, de cette oeuvre universellement connue que l’on doit à Jean François Millet (1814-1875) et que l’on peut admirer au musée d’Orsay à Paris.

La cloche lointaine qui sonne l’Angélus, résonne-t-elle, traverse-t-elle la plaine du tableau pour toucher le visiteur du XXIe siècle, accroché à son téléphone portable, attaché par les fils de ses écouteurs, prêt à foncer dans le métro pour enchaîner ou mêler travail et plaisirs ? *

Le silence et l’humilité des deux paysans de Millet frappent-ils encore à la porte de nos coeurs de moins en moins habitués à l’intériorité ? On comprend en regardant l’Angélus que ce lieu intérieur où conduisent les mains et les visages n’est pas celui du narcissisme mais celui d’une rencontre.*.

Dans l’encyclique Laudato Si, (Loué sois-tu )(225 - 227) le Pape François évoquant l’écologie intégrale, nous dit "elle implique de consacrer un peu de temps à retrouver l’harmonie sereine avec la création, à réfléchir sur notre style de vie et sur nos idéaux, à contempler le Créateur, qui vit parmi nous et dans ce qui nous entoure"

Cette encyclique est un appel à la conversion écologique - personnelle et communautaire - Aujourd’hui et pour quelques jours les chefs d’Etat sont réunis à Paris pour la COP21-
nous pouvons "priez sans relâche" (1 th 5, 17) à l’appel aussi de Luc en ce début de l’Avent.

*de Delphine Mouquin dans Magnificat






  Mentions légales   Contact   Administration                Suivre la vie du site    SPIP