Des musulmans solidaires des chrétiens d’Orient
 

Des musulmans solidaires des chrétiens d’Orient

Des responsables de l’islam de France ont signé un appel contre les crimes de l’État islamique en Irak.
La prise de position est sans ambiguïté : les signataires musulmans de l’Appel de Paris, sous l’égide du Conseil français du culte musulman (CFCM) et de la Coordination des chrétiens d’Orient en danger, condamnent les crimes commis par les membres de l’État islamique (EI) envers les chrétiens et les autres minorités en Irak. Ils leur dénient le droit de se réclamer de l’islam pour mener leur sale guerre. Bien plus, ils insistent sur la légitime présence des communautés chrétiennes en Orient, leur droit à y vivre en paix et à y pratiquer leur foi.
Leur disparition, expliquent-ils, compromettrait l’équilibre et l’avenir de ces pays qu’ils ont contribué à façonner.
Depuis qu’ont surgi dans l’actualité les actes de barbarie commis par les combattants de l’EI, de nombreux musulmans se sont exprimés partout dans le monde pour condamner leurs violences,et différentes autorités religieuses ont contesté leur interprétation fallacieuse de l’islam, du « djihad ». Ces condamnations, les responsables chrétiens les attendent ardemment, mais elles
n’expriment pas toujours un soutien aussi explicite aux chrétiens, « frères en Dieu », ainsi persécutés. L’Appel de Paris, paradoxalement, apparaît comme le fruit d’une laïcité française qui a conduit les autorités politiques à dialoguer régulièrement avec les responsables religieux et ces derniers à se rencontrer,
quand une grave actualité l’exige.
L’appel sera-t-il entendu de tous ? La « gouvernance » de la communauté musulmane se heurte à de profondes divisions, le CFCM ne contrôle pas l’ensemble des mosquées et des associations puissantes se sont abstenues. La démarche mérite pourtant d’être relayée, amplifiée.
_ Aux Français, croyants d’autres religions ou non croyants, de la soutenir, en refusant d’assimiler l’ensemble des musulmans aux fanatiques de l’EI, en encourageant plus que jamais le dialogue islamo-chrétien (comme le demandent instamment Christophe Roucou, du Service national pour les relations avec l’islam, et Mgr Pascal
Gollnisch, de l’Œuvre d’Orient). Ils auraient gagné, les barbares de l’État islamique, si leur discours de haine contaminait les relations entre communautés dans nos pays occidentaux.

_ Dominique Quinio Journal La Croix du 10 septembre 2014 n° 39981






  Mentions légales   Contact   Administration                Suivre la vie du site    SPIP