12 communes
 

La Paroisse Notre Dame de la Valloire regroupe 12 communes situées en limite Nord du département de la Drôme. Son territoire s’organise autour de deux axes fondés sur le relief et l’hydrologie : un axe nord-sud constitué par la vallée du Rhône, elle même calée contre les coteaux ardéchois, et un axe Est-ouest matérialisé par la vallée de la Valloire. Localisée entre le plateau des Bonnevaux au Nord et les premières pentes de la Drôme des collines au Sud, cette vallée se prolonge par la vallée de la Bièvre plus à l’est , formant avec elle un ensemble géographique homogène s’appuyant sur l’ancienne vallée glaciaire de l’Isère. Le territoire est innervé par deux routes départementales qui se connectent à la Nationale 7 et à l’autoroute A7 à l’ouest de Saint-Rambert d’Albon, Andancette, Beausemblant à Laveyron, c’est à dire entre l’A7 et les berges du Rhône, les voies de communication ( SNCF, N7, A7) et le bâti associé ainsi que la concentration des bâtiments industriels redessinent l’emprise de la vallée du Rhône et lui confèrent une image fortement marquée par l’activité industrielle. Du Nord-est au Sud-est s’étire la vallée de la Valloire, une vaste plaine délimitée de part et d’autre par des costières plantées de petits bois, qui s’ouvre sur la ville de Beaurepaire en Isère.

Ce territoire est situé entre de grands pôles économiques, Saint-Étienne, Lyon, Grenoble et Valence, ce qui pourrait être un avantage économique mais qui en réalité l’a isolé jusqu’à maintenant car il semblerait intéresser de plus en plus d’industriels.

La population de la Paroisse s’élève à environ 18 000 habitants principalement localisés dans la vallée du Rhône et présente les mêmes caractéristiques que le département de la Drôme à savoir un maintien de la croissance démographique et une tendance au vieillissement. Sur Saint-Rambert d’Albon on dénombre une forte communauté turque, avec quelques problèmes d’intégration parmi les jeunes.

L’économie redevient dynamique après les années noires de la fin du siècle dernier surtout dans les communes de la vallée du Rhône et d’Anneyron. Les principaux pôles d’emploi sont Saint-Rambert, Laveyron, Anneyron à l’intérieur du territoire et Saint-Vallier, Saint-Désirat, Le Péage de Roussillon, Annonay et Beaurepaire à l’extérieur. Néanmoins chaque commune possède quelques petites entreprises permettant un emploi local. Le chômage reste important avec un taux de 11,7 % malgré une amélioration depuis 2003, mais le taux des jeunes entre 15 et 24 ans est toujours de 20 %.

L’agriculture occupe une place prépondérante sur le territoire, tant économiquement que démographiquement, le taux de la population active agricole est de 6 %, on assiste comme partout à une diminution du nombre d’agriculteurs mais très peu d’érosion en terme de surface cultivée. Les cultures principales sont surtout les céréales et l’arboriculture. Elle emploie un certain nombre de saisonniers ce qui pose des problèmes d’hébergements.

L’habitat : le parc de logements est globalement dynamique, plus ancien dans les communes de l’est. Le taux de logements vacants est faible et l’ancien se rénove petit à petit. Les logements sociaux représentent 13,5 % des résidences, mais avec un fort déséquilibre et une concentration sur la partie vallée du Rhône. La proximité de l’agglomération lyonnaise engendre une pression urbaine croissante surtout depuis deux ans et ce qui a pour conséquence une augmentation des prix de l’immobilier et du foncier.

Pour mieux la connaître nous vous présentons les 12 villages qui la composent.

JG






  Mentions légales   Contact   Administration                Suivre la vie du site    SPIP